Accueil


Accueil > Fédérations > Rhône (69) > Sur une terre limitée, quel développement possible ? Quelle planète (...)

CMR Rhone

Sur une terre limitée, quel développement possible ? Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ?

Compte-rendu de la rencontre du 4 avril 2009

vendredi 22 mai 2009

Plus de soixante-dix personnes sont venues écouter Jean Aubin et échanger ensemble sur la question des limites de notre planète et de quel développement possible dans ce contexte.
Après un rappel de la définition du développement durable :
« Le développement durable répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » nous avons laissé la parole à Jean Aubin.

C’est à partir de 1972 que lui-même a été sensibilisé à ce problème avec le rapport du Club de Rome : « halte à la croissance », rapport sur les limites de la croissance et que lui-même a écrit sa pensée dans le livre « La croissance : l’impossible nécessaire ».
Il commence par nous parler de l’empreinte écologique.
L’empreinte écologique est une estimation de la superficie dont la terre a besoin pour subvenir à nos besoins. Que ce soit pour se nourrir, se déplacer, se loger ou gérer nos déchets, nous consommons des ressources naturelles… Tout va bien tant que nous ne prenons pas plus que ce que la terre peut fournir.
La terre met à notre disposition 11,5 milliards d’ha productifs et nous consommons 15 milliards d’ha.
En 1975, nous avons utilisé la production de la terre et depuis nous n’arrêtons pas d’augmenter notre consommation. Comment peux-t-on consommer plus que ce que nous produisons ? Depuis 1975, nous prenons dans nos réserves et nous sommes en train d’épuiser la terre.
Si nous regardons l’empreinte écologique par région : un américain consomme 9.8 ha tandis qu’un européen autour de 5 ha et un africain 1 ha. Or ce qui nous est permis est de 1.8 ha.
L’énergie est ce qui nous permet de produire du froid ou du chaud et de produire du mouvement. Pour transformer le monde nous avons besoin d’énergie. Au départ cette énergie était fournie par le bois et le travail des hommes (nous avons réduit les autres en esclavage : c’était moins fatiguant). Avec le début de l’agriculture, nous avons disposé de l’énergie musculaire des animaux puis de l’énergie de l’eau et du vent. Avec la deuxième révolution industrielle et l’arrivée de la machine à vapeur, nous avons utilisé le charbon, le gaz puis le pétrole et l’uranium.

Pour lire la suite, voir le compte-rendu ci-dessous


Chrétiens dans le Monde Rural - 9 rue du Général LECLERC - 91230 MONTGERON - Tél : 01.69.73.25.25 - Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0