Accueil


Accueil > Publications > Agir en Rural > N°104 : pOser le regard sur les invisibles

N°104 : pOser le regard sur les invisibles

lundi 4 avril 2016, par Jennifer Gomes

Éditorial

Vers une société de dignité !

A notre époque où les individus sont mis en concurrence à l’aulne de leur efficacité et adaptabilité, certains ne parviennent plus à être reconnus et n’existent que sous forme de statistique : les agris, les migrants, les SDF ; iIs vivent dans l’ombre. En milieu rural, cette invisibilité a de multiples visages : les petits exploitants, les salariés précaires de l’agro-industrie, les veuves âgées...


"Il savait qu’il n’occupait pas une place suffisamment importante pour être un souffre-douleur, il faisait partie du bataillon des invisibles" Kate Atkinson

De même, les migrants clandestins ne disposant pas du titre de séjour dans le pays où ils ont migré, n’ont pas d’existence administrative et vivent cachés. Ils ont disparu au regard des autres et n’existent pas chez nous. "Partir, c’est mourir au présent de ceux qui demeurent" Fatou Diome

N’oublions pas les situations difficiles de la vie personnelle et sociale, celles provoquées par les ruptures familiales ou autres. Ces situations ne font pas l’objet des préoccupations communes. Etre invisible engendre un sentiment de honte, de repli sur soi et d’isolement. D’ailleurs, sommes-nous prêts à faire confiance à celui qui est un étranger, dont on ignore tout ? Ce sentiment de non-reconnaissance alimente aussi le désenchantement vis-à-vis du politique et les citoyens se risquent à se laisser séduire par ces mouvements populistes qui prétendent être les seuls porte-parole des sans-grades.

En revanche, la parole donne l’existence et permet au citoyen de se mobiliser, d’être résilient et d’être acteur de sa vie. Tel cet agriculteur, qui en se racontant s’est révélé, il est sorti de son isolement et a su tisser du lien, par sa participation à un atelier "théâtre". Ou encore ce jeune étudiant qui, par le biais d’un stage en alternance chez un couple d’agriculteurs, est parvenu à s’affirmer et à prendre sa place.

Face à toute cette non-reconnaissance, il est donc urgent de restaurer la société dans sa dignité ; c’est une invitation à tendre la main aux marginalisés. En effet, s’intéresser à la vie des autres, c’est transformer son regard et nouer une nouvelle relation. Dieu semble d’ailleurs se plaire à agir à partir de rien ou de peu ; David n’était-il pas le dernier parmi ses frères ? Les premiers à recevoir la Bonne Nouvelle furent les bergers, des marginaux à cette époque. Et Jésus a passé son temps à redonner espoir aux exclus du groupe élu.

Au congrès, le chantier « Pour un mieux vivre-ensemble : rejoindre les invisibles », nous a fondamentalement ouvert les yeux sur ces invisibles et nous avons cherché ensemble comment poser un autre regard. Des pistes multiples ont été évoquées : tout d’abord, faire un travail sur soi-même pour aller vers l’autre ; aller voir les personnes seules, avoir un échange avec ceux qui viennent frapper à notre porte, avoir un regard bienveillant sur notre voisin, qui nous ennuie un peu ou sur ceux qui font la manche.

Et puis, en tant que CMR, ayons l’audace de nous rendre visibles, et transmettons cette formidable richesse qu’a été le congrès. Osons sortir de nos cadres pour créer des liens avec des personnes en marge ou de milieux différents ; devenons ou incitons d’autres à devenir veilleurs ou accompagnateurs de situations difficiles ; n’hésitons pas à faire avancer des idées avec d’autres partenaires ; soutenons la création d’équipes de personnes qui sont plus ou moins hors cadres.

Laissons-nous donc porter par la Miséricorde, thème que le pape François affectionne tout particulièrement. Voici ce qu’il nous disait peu après son élection : "Ressentir de la miséricorde : ce mot change tout, c’est le mieux que nous puissions ressentir : cela change le monde. Un peu de miséricorde fait en sorte que le monde soit moins froid et plus juste. "

N’est-ce pas là l’un des Chemins des Possibles sur lequel le congrès nous a invités à avancer ?

Odile Martin
Administratrice nationale

SOMMAIRE

Vie du mouvement
Attention ça chaufffe !

Parole de chrétiens
Pas d’invisibles pour Dieu…

Dossier
pOser le regard sur les invisibles


Débattre

Comment rejoindre les invisibles ?

Texte biblique

Témoignage
Au service de l’autre, l’engagement d’une vie

Coup de cœur

Partenaires
Se mobiliser contre la faim dans le monde

Méditation


Chrétiens dans le Monde Rural - 9 rue du Général LECLERC - 91230 MONTGERON - Tél : 01.69.73.25.25 - Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0