Accueil


Accueil > Fédérations > Hautes Pyrénées (65) > Le Plan alimentaire territorial en débat lors de l’assemblée générale du (...)

Le Plan alimentaire territorial en débat lors de l’assemblée générale du CMR des Hautes-Pyrénées

mardi 26 juin 2018, par Mélanie Cacace

Lors de leur AG, les membres du CMR 65 ont évoqué samedi après-midi le Plan alimentaire territorial, en cours d’élaboration au sein de la Grande Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées, qui regroupe 120 000 habitants.

Ils ont d’abord donné la parole àGinette Curbet, maire de Gardères et déléguée àl’agriculture et àl’agroalimentaire au sein du Bureau de la Grande Agglomération. « Je tiens àrendre hommage aux agriculteurs de montagne qui travaillent dans des conditions souvent difficiles. Nous devrions les aider encore davantage, car ils entretiennent toute l’année les sites de montagne qui restent ainsi accueillants, pour les promeneurs et les sportifs en toute saison  ».

L’élue locale a rappelé que l’idée d’un « plan alimentaire territorial  » avait déjàémergé au sein de l’ancienne Communauté de Communes Lourdes Vallée des Gaves. Ce projet s’est naturellement inséré au sein du PAT décidé par la nouvelle grande agglomération. Après une première étude menée par des jeunes de l’Institut de Tourisme et d’Hôtellerie de Foix, un diagnostic sur la situation du territoire a été élaboré par un bureau d’étude lyonnais. Une consultation est aussi lancée auprès des habitants du territoire, sur la thématique de l’alimentation.

Benoît Guillard, président du CMR 65, et aussi membre du Comité technique et du Comité de pilotage du PAT de la Grande Agglomération, a rappelé de son côté les caractéristiques de l’agriculture en Hautes-Pyrénées. Elle se déploie sur trois territoires. La montagne, avec une culture mixte, l’élevage de bovins et d’ovins, et une production exportée notamment vers l’Italie. La vallée de l’Adour, avec le maïs, destiné àla consommation animale et àl’exportation vers l’Espagne et le nord de l’Europe. Enfin, les Coteaux, avec la polyculture. « L’agriculture bigourdane collecte la production mais la transforme très peu sur place  », précise Benoît Guillard. « La typicité de ses produits est encore insuffisante, mis àpart le haricot tarbais, le porc noir de Bigorre ou l’agneau AOC de Barèges et Gavarnie  ». Beaucoup d’agriculteurs bigourdans ont des difficultés, et les jeunes peinent às’installer.

Face àces constats, les agriculteurs du CMR estiment que le Plan d’alimentation territorial est une chance àsaisir pour « repenser le modèle d’agriculture et aussi de consommation que nous souhaitons mettre en Å“uvre aujourd’hui  ». Ils insistent sur l’importance du choix des producteurs locaux pour les cuisines centrales des collectivités, des maisons de retraite, de l’ADAPEI ou du Sanctuaire de Lourdes, qui représentent plus de 5 millions de repas servis chaque année. Ils en appellent àla structuration des producteurs agricoles sous forme de plateformes, plus fortes pour négocier avec les grandes surfaces, qui seraient prêtes désormais àprivilégier les circuits de proximité. Enfin, ils rappellent la responsabilité de chaque consommateur, et insistent sur l’éducation. Pour diversifier la gastronomie, apprendre àcuisiner des produits nouveaux et lutter contre le gaspillage. « L’agriculture et la distribution doivent être au service de l’être humain et du respect de l’environnement  ».


Chrétiens dans le Monde Rural - 9 rue du Général LECLERC - 91230 MONTGERON - Tél : 01.69.73.25.25 - Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0