Accueil


Accueil > Actualités > La crise actuelle du lait révèle la nécessité d’une refondation de la politique (...)

La crise actuelle du lait révèle la nécessité d’une refondation de la politique européenne vers une agriculture durable et solidaire

Prise de parole du CMR national - 29 septembre 2009

mardi 29 septembre 2009

Comme chrétiens en monde rural, nous tenons d’abord à exprimer notre souci du milliard de personnes qui souffrent de la faim et notre solidarité à l’adresse de tous les éleveurs laitiers durement touchés par la crise actuelle. Nous pensons bien sûr aux éleveurs français, mais aussi à tous les éleveurs laitiers européens, touchés de la même façon.

Pour garantir un revenu un peu stable sur la durée, nous savons les investissements nécessaires pour constituer un troupeau performant avec des bâtiments aux normes et l’endettement important, sur de nombreuses années, qui n’a été accepté par les banques qu’avec l’assurance de prix minimum garantis :

- par les négociations entre producteurs et transformateurs, qui bon an mal an aboutissaient à un compromis acceptable pour tous ;

- par le système des quotas, qui faute de mieux jouaient le rôle de régulation des volumes.

Ce contrat est aujourd’hui rompu par l’ensemble des politiques européens, qui ont accepté d’aller sur la voie de la libéralisation des marchés agricoles, pour être en phase avec l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) :

- accroissement progressif des quotas, pour éliminer en 2015 tout droit à produire ;

- refus des accords interprofessionnels pour fixer un prix négocié, sous prétexte d’ententes illicites qui enfreignent la concurrence ;

- Relance des subventions à l’exportation qui bénéficient aux industriels, alors qu’elles devront être supprimées en 2013 (accord OMC) ;
comme si les éleveurs pouvaient moduler facilement d’une année sur l’autre leurs volumes de production en fonction des cours du marché.

Mais la crise actuelle concerne aussi d’autres filières agricoles et souligne la nécessité d’une refondation urgente de la politique agricole et alimentaire européenne et mondiale. Elle met en évidence l’impasse d’une libéralisation sans freins, sans régulations politiques. Une véritable souveraineté alimentaire des populations sur tous les continents ne pourra être assurée à long terme que par la mise en place de politiques qui préservent le maximum d’exploitations à taille humaine sur tous les territoires, afin de faire face aux défis posés :

- 1 milliard d’êtres humains sur 6,5 ne mangent pas à leur faim en 2009 ;

- le changement climatique en cours, les limites des énergies fossiles nous obligent à revoir complètement nos systèmes actuels pour nourrir en 2030, 9 milliards de personnes ;

- la PAC mise en place en 1962 a montré que nous pouvions relever le défi technique de la quantité de nourriture. La PAC de 2013, pour être légitime, devra garantir une alimentation de qualité pour tous et permettre aux pays du sud d’approvisionner leurs marchés intérieurs avec des politiques agricoles et commerciales leur garantissant une souveraineté alimentaire.

Chrétiens dans le Monde Rural, nous voulons rappeler l’enjeu pour l’humanité que la qualité des produits alimentaires soit assurée, que cette alimentation soit accessible à tous, et que les producteurs puissent vivre de leur travail.

Face à l’ampleur de la crise, le CMR appelle les syndicats à se coordonner sur ce dossier, ensemble et avec d’autres collectifs (réseau PAC 2013, auquel participe le CMR) pour insister ensemble à l’échelle européenne :
- auprès des responsables politiques, pour qu’ils acceptent enfin de sortir de leur idéologie libérale, en faveur d’une politique d’adéquation de l’offre à la demande par un système de maîtrise des productions et une prise en compte des coûts réels de production ; l’alimentation humaine ne peut pas être gérée comme une marchandise quelconque ; elle est à la base de nombreux liens sociaux et au final un facteur de paix, de démocratie, de développement ; l’Union Européenne devrait se souvenir de ses origines ;

- auprès des parlementaires européens, qui auront des décisions importantes à prendre, dans les deux années qui viennent, en termes de budget agricole et de définition d’une nouvelle politique agricole européenne ;

- auprès des différents acteurs économiques des filières agricoles, pour obtenir une répartition durable et équitable de la valeur ajoutée créée par l’ensemble des opérateurs et permettre ainsi le développement de systèmes de production plus durables : respectueux de l’environnement et du travail des personnes.

Le CMR appelle aussi ses membres à se mobiliser pour se rendre proches des éleveurs les plus durement touchés, humainement ébranlés, afin de les écouter, mais surtout ne pas les laisser seuls face à des décisions difficiles à prendre en les incitant à oser demander de l’aide, entre autres à Solidarité Paysans, partenaire privilégié du CMR.

Téléchargez ce texte


Chrétiens dans le Monde Rural - 9 rue du Général LECLERC - 91230 MONTGERON - Tél : 01.69.73.25.25 - Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0