Accueil


Accueil > Publications > Agir en Rural > Citoyens en action

Citoyens en action

jeudi 12 juillet 2018, par Mélanie Cacace

Pour lire ce numéro et recevoir les prochains, abonnez-vous à la revue Agir en Rural

Bulletin d’abonnement

Éditorial

Affirmons la fraternité

Le jour où le comité de rédaction d’Agir en Rural me demande d’écrire un édito sur les fragilités sociales et les nouvelles solidarités, le Conseil Constitutionnel donne raison à Cédric Hérriou en censurant le « délit de solidarité », en respect du principe de fraternité de la République. Cédric Hérriou est cet agriculteur qui aide des demandeurs d’asile près de la frontière italienne. Malgré cela dans une certaine presse - le Figaro, Valeurs Actuelles - on dénonce le fait d’aider des personnes hors la loi - elles sont entrées sur le territoire français clandestinement. Voilà de quoi donner à réfléchir : pour certains, être solidaire est considéré comme un délit en fonction du statut de la personne aidée. Alors que beaucoup d’entre nous côtoient des personnes en situation difficile et que neuf millions de Français vivent au-dessous du seuil de pauvreté, une partie de la population voudrait que la loi nous donne raison si nous les regardions faire naufrage ?
Un reportage de 2013 sur France 3 (la France en Face) présentait les territoires en fragilité comme étant ceux éloignés des métropoles, 60% de la population ne ferait plus partie du projet économique car trop loin des lieux de décisions et du monde connecté (autoroute, ligne TGV…). C’est sans doute une vérité quand on décide d’observer le monde sous l’angle de ce qui y manque, sous l’angle économique et financier. Il est bien sûr évident que le rural peut avoir le sentiment d’être oublié. Mais oublié par qui ? Devons-nous tout attendre de l’Etat Providence ?
Je rappelle ici cette phrase de Paul Houée * « A-t-on jamais vu une marmite commencer à bouillir par le couvercle ? Non, mais toujours par le fond ! » Et des bouillonnements il y en a dans notre rural, des milliers de bulles qui sont réparties sur nos territoires. Souvent nous faisons partie du bouillonnement. Nous créons, nous inventons, avec d’autres, des solutions pour mettre plus de « vivre ensemble » dans nos villages.
Chacun dans sa marmite on ne voit pas forcément les autres marmites. C’est pourquoi la clameur du monde rural que nous voulons porter au congrès 2020 prend toute son importance. Démontrer que nous ne sommes pas oubliés par l’économie, mais que nous sommes des laboratoires d’idées. Il y a autour de nous de quoi nous réjouir, je ne sais pas si ce sont de nouvelles solidarités ? en tout cas c’est la mise en œuvre et l’affirmation de la solidarité.
Si le Conseil Constitutionnel le fait au nom de la fraternité, nous l’affirmons aussi, nous, au CMR, au nom de Quelqu’un qui nous précède, qui nous a dit « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à Moi que vous l’avez fait » **
Méfions-nous des étiquettes qu’on colle sur nos territoires à grand renfort d’enquêtes et d’études. Nous sommes les territoires et ils sont ce que nous en faisons. Alors, mettons-y le plus de solidarité possible.
*Paul Houée, prêtre, sociologue, chercheur et aussi maire de Saint-Gilles-du-Mené (Côtes-d’Armor).
**Mathieu 25, 40

Hubert Haton
Administrateur national

Sommaire

Vie du mouvement

Édito

Paroles d’aidants

Dossier
Lien sociale et solidarités de proximité

Initiatives pour illustrer

Débattre

Texte biblique

Témoignage

Coups de cœur

Partenaires
Pour une nouvelle PAC

Méditation


Chrétiens dans le Monde Rural - 9 rue du Général LECLERC - 91230 MONTGERON - Tél : 01.69.73.25.25 - Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0