Accueil


Accueil > Le CMR > Des repères pour une spiritualité du CMR

Des repères pour une spiritualité du CMR

En CMR, quelle expérience de croyants ? Et quel chemin spirituel ?

Différentes raisons ont amené le CMR à aborder la question de sa spiritualité. La recherche de sens est inscrite dans la Charte 2000 comme un défi à relever. Cinq ans après, nous nous interrogeons : « Où en sommes-nous aujourd’hui ? » Le travail de réécriture de la Démarche de Réflexion Chrétienne (grille de déroulement d’une rencontre CMR) nous a fait prendre conscience de notre expérience spirituelle originale. Les évêques de France nous ont aussi interpellés sur notre manière de « proposer la foi dans la société actuelle » [1] et d’« aller au cœur de la foi » [2]. Nous avons repéré une forte demande spirituelle et tout particulièrement chez de jeunes adultes. L’ensemble de ces constats et réflexions nous a conduits à organiser en 2004 des journées d’été intitulées : « En CMR, quelle expérience de croyants ? Quel chemin spirituel ? » Nous avons repris ensemble ce qui nous anime et approfondi la dimension spirituelle de ce que nous vivons. Après ces étapes, nous voulons définir plus précisément ce qui caractérise la spiritualité du CMR et ainsi asseoir nos convictions. Ce que nous allons affirmer nous permettra de ce fait de mieux nous situer aux différents niveaux de la vie du Mouvement, avec d’autres en Église et dans le monde.

Comment nourrir les attentes spirituelles des personnes ?

Il existe aujourd’hui une quête spirituelle forte. Elle a souvent besoin d’être clarifiée. Cette quête spirituelle répond généralement à trois besoins : la présence à soi, la présence à l’autre, la présence au Tout Autre.

Ces trois voies ou entrées dans la vie spirituelle méritent d’être articulées, sinon elles nourrissent un risque d’enfermement. En effet si « la présence au Tout Autre (Dieu) » est la seule motivation, il existe un risque de vie spirituelle désincarnée. Si « la présence à soi (l’intériorité) » est la seule motivation, il existe un risque de repli sur soi-même. Si « la présence à l’autre (dans l’engagement ou l’action) » est seule, il y a le risque de se limiter à une idéologie et de tomber dans la désillusion. Le christianisme équilibre ces trois dimensions : il relie à Dieu, aux autres et à soi-même. Ces trois dimensions de la vie chrétienne, nous les retrouvons dans le baptême, qui nous fait « prêtre, prophète et roi » [3].

  • Comme « prêtre », nous sommes invités à célébrer la présence de Dieu et nous Lui offrons la vie des Hommes.
  • Comme « prophète », nous sommes invités à grandir en humanité dans la construction de soi, à dénoncer ce qui détruit l’Homme et défigure le visage de Dieu et à annoncer le Royaume de Dieu.
  • Comme « roi », nous sommes invités à travailler au bien commun par le discernement et l’engagement au service de l’Humanité et de la Création.

Ces trois dimensions de la vie spirituelle sont aussi présentes dans l’Eucharistie. Celle-ci nous ouvre à Jésus-Christ, que nous accueillons dans la Parole et le Pain de Vie, elle nous ouvre aux autres puisque c’est le peuple rassemblé qui célèbre et qui est envoyé au monde. L’Eucharistie nous construit personnellement comme Homme et Chrétien d’aujourd’hui.

Cependant, nous avons aussi besoin d’être éclairés et soutenus pour mener une vie spirituelle équilibrée. Cela demande notamment des accompagnateurs formés à la spiritualité de l’action, spécifique à certains mouvements d’Église. Même si le CMR n’a pas pour mission de répondre à toutes les attentes spirituelles, nous sommes convaincus que vivre une Démarche de Réflexion Chrétienne, où toutes les étapes soient respectées, participe à cette spiritualité aux trois dimensions.

Au CMR, comment les questions spirituelles sont-elles posées ?

Le congrès 2005 du CMR était intitulé : « Bâtir un avenir solidaire, une espérance partagée. »
Durant ce congrès, dans les ateliers, les forums et les expositions, nous avons partagé une centaine d’initiatives :

  • pour une vie d’équipe, une vie de mouvement
  • pour servir le vivre ensemble et relever le défi de la fraternité
  • pour réhabiliter la politique, renforcer la participation des habitants dans leurs territoires
  • pour choisir nos modes de vie, de production et de consommation en cohérence et en responsabilité avec le local et le monde

A partir de la mise en commun de ces expériences, se posent de nombreuses questions parmi lesquelles :

  • Quelle attention à la Personne et à la Création ?
  • Quels liens existe-t-il entre ces initiatives en rural et une vie spirituelle, entre foi chrétienne et engagements ? Comment Action et Foi se nourrissent-elles mutuellement ?
  • En quoi la démarche du CMR favorise-t-elle une croissance spirituelle et est-elle une démarche chrétienne ?
  • Que faut-il mettre en place pour répondre aux attentes spirituelles que nous percevons ?

Nous ne pouvons pas répondre à ces questions en les prenant simplement les unes après les autres, mais plus globalement, nous allons préciser sur quoi est construite notre spiritualité CMR.

Notes

[1Lettre aux Catholiques de France, Les évêques de France, 1996.

[2« Aller au cœur de la foi ! Questions d’avenir pour la catéchèse », Commission épiscopale de la Catéchèse et du Catéchuménat, 2003.

[3« Je te marque de l’huile sainte pour que tu sois prêtre, prophète et roi. », Rituel du baptême.


Chrétiens dans le Monde Rural - 9 rue du Général LECLERC - 91230 MONTGERON - Tél : 01.69.73.25.25 - Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0